Article du Journal la République des Pyrénées du 19 mars 2011 concernant la polyclinique d’Oloron

Après un rassemblement devant la sous-préfecture, où les déléguées du personnel ont exprimé leurs doutes sur le « plan hôpital », le cortège a rallié la mairie.

Elles ont maintenu leur manifestation, prévue depuis quinze jours, malgré les annonces sur le plan de reprise de la clinique par l’hôpital d’Oloron. Malgré, disent-elles, « les tentatives de déstabiliser notre action ». Hier, les déléguées du personnel de la clinique se sont exprimées sur le perron de la sous-préfecture devant 150 personnes, avant que le cortège ne rallie la mairie.

D’emblée, Claude Barragué, déléguée du personnel, a mis en doute le plan de l’hôpital : « Notre sort est entre les mains de personnes qu’on ne connaît pas et qu’on n’a pas rencontrées. Nous n’avons jamais été consultés. Cette proposition public-public nous laisse très sceptiques. »

Elle développe ses arguments : « On se préoccupera d’abord des 213 emplois précaires de l’hôpital (chiffre avancé jeudi par le syndicat CGT du centre hospitalier, NDLR) et on va oublier les 53 de la clinique. Pour nous, ce n’est pas acceptable. » Elle dénonce « un public-privé masqué qui mettra l’hôpital en difficulté financière » avec la seule reprise de la maternité et de l’orthopédie. « Nous avons à la clinique un urologue, un gastro-entérologue, un ophtalmologiste qui n’ont pas de place dans ce projet. »

L’Agence régionale de santé est pointée du doigt. « Elle sera arrivée à ses fins : la centralisation sur un mégapôle palois qui concentrera toute la chirurgie. » Les représentantes de la clinique craignent « la fin de l’offre de soins sur le territoire dans les prochains mois. » Un écho dans la foule : « Nous, les patients, voulons garder la clinique ».

Le maire d’Oloron, qui avait annoncé dans un communiqué cosigné avec son adjoint Robert Bareille qu’il ne participerait pas à cette manifestation, en a aussi pris pour son grade, dans un rassemblement marqué par la présence de trois candidats de droite et du centre au canton d’Oloron-Est et par celle de l’opposition municipale. Avant que le cortège ne gagne, symboliquement, la mairie d’Oloron, Claude Barragué assure : « Notre volonté ne faiblira pas ».


===> Prises de paroles

Marc Oxibar, candidat UMP Oloron-Est. « Ma démarche auprès du ministère de la Santé visait à faire entendre la voix des 70 salariés de la clinique. La première des solidarités, c’est d’être ici aujourd’hui. »

André Labarthe, candidat Nouveau centre Oloron-Est. « J’ai toujours défendu l’idée d’un pôle de santé avec un plateau unique. Je suis avec vous. Il faut impérativement que personne ne reste sur le carreau. »

Robert Cauhapé, candidat DVD Oloron-Est. « Je suis très déçu par l’absence des élus d’Oloron. Nous étions tous là pour le commissariat puis la polyclinique. Cette municipalité anesthésiée n’est plus capable d’opérer. »

Jean-Claude Elichiry, candidat PRG Oloron-Est. « Ce n’est pas le candidat mais le simple citoyen qui entend faire savoir à tout le personnel que je suis à vos côtés. 70 emplois sont en jeu. »

Jean Lassalle, député MoDem. « Ceux qui ont conduit ce projet de reprise l’ont fait en laissant de côté les responsables de la clinique. Cette affaire doit être traitée au grand jour. Sinon, on perdra la maternité, et dans très peu de mois, l’hôpital lui-même sera en danger. »

===> Les candidats absents

Jean-Pierre Domecq, candidat PS Oloron-Est. Le conseiller général sortant a adopté le point de vue exprimé par Bernard Uthurry : ne pas participer « pour ne pas dévoyer le message que porte le plan de continuité et de sauvegarde ».

Raymond Villalba, candidat Front de gauche Oloron-Est. Le Front de gauche refusait de « manifester avec certains qui sont les adversaires du service public et qui ont intrigué jusqu’au cabinet du ministre Xavier Bertrand ». « L’urgence est à se mobiliser et se rassembler autour du plan de service public. »

Claude Barragué, déléguée du personnel, a exprimé les doutes des salariés de la clinique sur le plan de reprise proposé par le directeur de l’hôpital d’Oloron, hier après-midi, devant 150 personnes

Article du Journal la République des Pyrénées du 19 mars 2011 concernant la polyclinique d’Oloron

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *