Article de la République du 9 décembre 2010 : « ça bouillonne sec au bord de l’eau en Béarn et Soule »

 

 

 

 

 

Le nouveau classement des cours d’eau inquiète professionnels et élus des vallées d’Aspe, d’Ossau, du Barétous et de Soule

Ils furent nombreux à répondre à l’invitation du député Jean Lassalle. Des maires de la Soule et du Béarn mais aussi des propriétaires de microcentrales, de piscicultures ou encore de centres de loisirs sur l’eau.

Cette réunion qui portait sur les nouveaux classements des cours d’eau a permis de faire le point sur une situation qui s’annonce conflictuelle.

On rappellera que la loi sur l’eau de 2006 a prévu une modification des cours d’eau vis-à-vis de l’utilisation de l’énergie hydraulique. Les lois dites Grenelle 1 et 2 ont réaffirmé cette urgence. « Cette révision doit être achevée au 1er janvier 2014 mais une circulaire recommande fortement son aboutissement avant le 1er janvier 2012 » a précisé lors de son intervention, le député.

« Vers de nombreux interdits »

Pour les maires souletins et béarnais, le calendrier a pris un tour nouveau. Les élus ont reçu un courrier en date du 27 octobre avec obligation d’y répondre avant le 12 novembre. « Un bel exemple de concertation » ont souligné de nombreux élus.

« Quinze jours avec deux fériés pour plancher sur ce dossier sans le moindre élément pour travailler. Nous devions consulter les cartes et les documents sur internet. Il faut être vigilant car que l’on se dirige vers de nombreux interdits ». C’est en tout cas la crainte des collectivités et des exploitants des cours d’eau. « Tout le réseau hydrographique des communes IPHB est candidat bien malgré lui au classement » note Jean Lassalle. « A savoir 200 km en vallée d’Ossau, 320 km en vallée d’Aspe et tout le Barétous. Si l’on laisse faire 95 % des cours d’eau seront classés. Si cela se confirme, aucun projet ne pourra voir le jour ». Et de citer deux arrêtés de refus d’utilisation de l’eau des ruisseaux du Larry à Urdos et des Lauga et Ansabère à Lescun pour créer deux microcentrales avec comme argument le « futur classement en réservoir biologique » de ces ruisseaux.

Au terme de la réunion, il a été décidé que tous les utilisateurs se rendront à la réunion qui se tiendra à Pau, le 16 décembre, en présence de François Gousset, directeur départemental des territoires et de la mer.

Les maires sont invités également à prendre des délibérations afin de contrer ces classements. On parle aussi d’une action auprès du tribunal administratif.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Article de la République du 9 décembre 2010 : « ça bouillonne sec au bord de l’eau en Béarn et Soule »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *