Violation des embargos : un projet de loi schizophrène.

Je suis intervenu hier sur le projet de loi concernant les violations d’embargo notamment relatif aux armements. Ce fut l’occasion pour moi d’insister sur le manque de cohérence et de portée de ce texte qui ne constitue pas un frein suffisant au réseau de malfaiteurs prospérant à l’international. La version présentée reste peu convaincante puisque les juges français n’ont pas la possibilité de poursuivre les criminels français à l’étranger. Or cette activité alimente toujours un peu plus l’instabilité, la terreur et la mort.
Il est indispensable que le gouvernement désapprouve ces pratiques et condamne avec plus de fermeté le non-respect des embargos. Notre attitude sur ce dossier relève de la schizophrénie. En effet comment concilier notre conception des droits de l’homme, notre combat contre le terrorisme et le fait que nous soyons l’un des principaux vendeurs d’armes.

L’installation de cette double diplomatie qui permet à des vendeurs d’armes de prospérer, est tacitement acceptée depuis 30 ans par tous les gouvernements, de droite ou de gauche, qui ne donnent pas à la justice les moyens d’inquiéter ces marchands de morts, ni les moyens d’éliminer cette zone grise. Enfin, vendre notre technologie de pointe en matière d’armement à des pays qui ne respectent pas les droits de l’homme est inacceptable aujourd’hui. Vendre, par exemple, des Rafales à l’Arabie saoudite, c’est se rendre complice de sa politique étrangère, notamment au Yémen.
« Je me demande si ce pays, qui a tout de même tant donné à la politique, qui a permis souvent d’avoir tant conscience d’une certaine idée de la civilisation, ne serait pas à la croisée des chemins.»

Je remarque un étrange décalage entre la rapidité de la mise en place de l’état d’urgence et la longueur d’adoption d’un texte sanctionnant des vendeurs d’armes.
« Lorsque l’on vient frapper à l’intérieur de Paris (…) cela mériterait, je pense, que nous allions un peu plus loin dans le questionnement pour savoir où nous en sommes et qui nous sommes. »


J’estime que la question des embargos sur les armes doit être débattue plus largement au sein de la société et non être le pré-carré du seul gouvernement. La vente de ces armes lie la France aux pays clients et à leurs potentielles exactions.
Il est aussi primordial d’obliger à plus de transparence (liste détaillée des livraisons de matériel de guerre etc…) et non une médiatisation sporadique lors de scandales comme ceux des vedettes de Taiwan ou encore de l’affaire Karachi. Il est important d’entamer une profonde réflexion sur ce sujet.

 

 

Violation des embargos : un projet de loi schizophrène.

2 commentaires sur “Violation des embargos : un projet de loi schizophrène.

  • 30 janvier 2016 à 2 h 32 min
    Permalink

    Bravo et merci de poser les bonnes questions .

  • 30 janvier 2016 à 21 h 20 min
    Permalink

    bravo cher Jean
    tout à fait en accord avec vous
    notre démocratie est bien mise à mal quand les accords transatlantiques sont tenus si secrets
    et bien le reste ,et que nous le cachons aussi à nos députés
    bien à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *