Retour sur la mobilisation contre la fermeture de nos hôpitaux et de nos maternités

Deux tiers des maternités ont fermé leurs portes en France ces quarante dernières années (données « Le Monde »). Entre fin décembre et début janvier 2018, ce fut le triste sort de trois maternités : Die dans la Drôme, Brive en Corrèze et Oloron-Sainte-Marie dans les Pyrénées-Atlantiques. D’autres sont fortement menacées, comme Saint-Chamond dans la Loire, Creil dans l’Oise, Saint-Claude dans le Jura ou encore Cosne-Cours-sur-Loire dans la Nièvre…

Cette liste non-exhaustive, illustre bien la lente érosion du nombre de maternités en France qui persiste, après une baisse massive dans les années 80/90.

Ce samedi 23 juin, Place de la République à Paris, j’ai participé au rassemblement pour le maintien des services publics de santé. Il était important pour moi d’y être présent afin de défendre l’accès aux soins partout, pour toutes et tous. Je veux défendre l’égalité des chances sur l’ensemble du territoire.

En effet, le territoire que je représente en tant qu’élu est profondément touché par cet abandon médical, mettant en particulier de nombreuses jeunes femmes en danger, avec la récente fermeture de la maternité d’Oloron-Sainte-Marie.

La perte de cet établissement situe les femmes de mon village à une heure et demie de la maternité la plus proche, en l’occurrence celle de Pau. Laissez-moi vous rappeler que ma circonscription, compte le taux le plus élevé du département, de femmes en âge d’avoir des enfants.

Le centre hospitalier d’Oloron devait se voir pourvu d’un IRM dont il ne verra finalement jamais le moindre écrou. Les coupes budgétaires associées à notre réseau routier d’un autre âge nous éloignent de tous services de santé. La situation est insoutenable et anéantit progressivement l’immense bassin de vie que représente Oloron-Sainte-Marie, les vallées avoisinantes et nos beaux piemonts pyrénéens.

 

J’ai retrouvé lors de cette manifestation une quinzaine de représentants de communes, de départements, de régions qui luttent ou ont lutté pour leur maternité, leur hôpital – comme celui de Saint–Claude dans le Jura, ou encore celui de Remiremont dans les Vosges. Cette mobilisation est une initiative humaine contre la réalité financière et technocratique qui ferme un à un nos lieux de soins en France.

Monsieur Emmanuel Macron a trompé d’une manière grave et profonde les français en leurs laissant croire qu’il était l’homme de la relance et du renouveau. On constate malheureusement que c’est l’inverse qui se produit. Au contraire, l’avenir des zones rurales s’inscrit de plus en plus dans l’obscurité. Ce gouvernement qui s’acharne à faire le contraire de ce qui devrait être fait, trahit son devoir de servir le peuple, la France, la civilisation. Cette civilisation que le peuple français a façonnée, après tant de guerres ; en apprenant de son histoire et de son vécu pour privilégier la solidarité à l’animalité. Aujourd’hui, la France, où la relation entre l’Etat et les citoyens se fracture chaque jour un peu plus et à tous les étages, se voit contrainte de replonger dans l’animalité et la violence, de plus en plus présente dans notre quotidien. N’est-elle pas principalement occasionnée par le fait qu’on ne s’occupe plus des besoins essentiels des français, renforçant un sentiment global d’abandon des populations, que ce soit à Creil dans l’Oise ou à Oloron dans les Pyrénées ?

C’est la raison pour laquelle j’affirme que cette première année du président Macron est pour beaucoup de nos concitoyens une grande désillusion et pour moi le début d’une faillite qui, je l’espère, sera rattrapable.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Crédit photo : @George Darmon

Retour sur la mobilisation contre la fermeture de nos hôpitaux et de nos maternités

2 commentaires sur “Retour sur la mobilisation contre la fermeture de nos hôpitaux et de nos maternités

  • 28 juin 2018 à 23 h 06 min
    Permalink

    pourquoi faire compliqué quand c est simple?

  • 28 juin 2018 à 23 h 08 min
    Permalink

    désctruction des humains dans tous les domaines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.