Retour sur la Junte de Roncal 2018

Ce vendredi 13, je me suis rendu, comme chaque année, à la Junte de Roncal. Ce rite, également nommé « El Tributo de las tres vacas » se trouve être un des traités les plus vieux d’Europe. Datant de plus de 600 ans, il réunit chaque 13 juillet, les élus et bergers de deux Vallées voisines à savoir celle de Barétous en Béarn et celle de Roncal en Navarre (Espagne).

En effet,  la tradition veut que chaque année, les maires de cinq des communes de Barétous et de quatre des sept communes de la Vallée de Roncal se retrouvent au lieu dit de la Pierre-Saint-Martin marquant la frontière entre l’Espagne et la France. Ce traité est une réponse aux querelles qui existaient jadis concernant l’usage des pâturages et des sources d’eau particulièrement présents en territoires navarrais. Il témoigne ainsi de la fraternité et la solidarité entre les bergers de nos Vallées. Fort de symboles, la tradition veut que les Élus barétounais offrent trois génisses aux Élus Navarrais et qu’ils partagent, par la suite, un repas préparé et servi par les espagnols.

Vendredi, cette rencontre a eu un retentissement particulier puisqu’elle a été l’occasion pour les élus, les bergers et tous les autres utilisateurs ou simplement amoureux de la montagne, français et espagnols de faire  entendre leurs voix communes s’agissant de leur opposition ferme et non équivoque à la réintroduction de l’ours sur nos territoires.

Sur cette problématique, deux France s’affrontent et semblent irréconciliables. Les montagnards se savent condamnés à mort et l’ours n’y est pour rien. Ils sentent qu’ils ne font plus partie intégrante et entière du pays parce que ce Gouvernement et les précédents les ont abandonnés et sacrifiés. Ils ne l’ont peut être pas fait de gaieté de cœur mais ils le font et ils l’assument. Tétanisés par la puissance financière de très puissants lobbies qui ont voulu faire de l’ours, du loup et du lynx les symboles totémiques de leurs propres cœurs perdus.

Ils ont estimés qu’en s’appuyant sur la sensiblerie qui n’a rien avoir avec la sensibilité de millions d’hommes et de femmes entassés les uns sur les autres contre leur gré et totalement coupés de la nature ils créeraient un sentiment irrésistible. Ce dernier utilise sans vergogne l’image de l’ours afin de diaboliser les derniers bergers acculés à une résistance désespérée.

Ce contexte permet à nos plus vils spéculateurs de continuer à amasser des profits sans limites dans des pratiques et des productions qui détruisent irrémédiablement la planète.

D’où vient l’argent de la grande multinationale de la soit disant protection de la nature ? Allez voir du côté de Wall street, de la City, des grands pétroliers, de quelques grands utilisateurs de la chimie, de l’atome et bien d’autres qui détournent ces activités de leur but civilisationel pour en faire exclusivement une source de profits illicites.

Allez donc voir aussi chez les grands cigarettiers et même du côté de la drogue dure, celle qui tue. Vous comprendrez alors le mensonge d’État, le mensonge planétaire qui, lentement, mais avec une férocité chirurgicale s’est mis en place.

Il existe bien, dans cette affaire, des hommes et des femmes sincères qui rêvent de la cohabitation entre l’Homme et l’ours, eux, ont notre respect. Une suggestion à ceux d’entre vous, et vous êtes nombreux, qui êtes dans cet état d’esprit, allez passer un été entier avec les Hommes et les bêtes de la montagne…

 

Les bergers, qui accessoirement sont des hommes et des femmes, ne supportent pas l’idée que l’univers des sachants leur ait définitivement préféré la protection du fauve. Ils sont aujourd’hui trop isolés, manquants de bras et ne produisant plus leurs propres ressources pour faire face à un tel combat. Ce mensonge d’État est en train de devenir un forfait d’État. Nos montagnards n’ont qu’une préoccupation, eux, les maquisards dans l’âme. C’est de retrouver leur place dans un pays et une civilisation qu’ils aiment autant que quiconque. Ils aspirent à voir naître avant tout, des petits bergers et des petites bergères passionnés de la montagne et garants de son équilibre.

Retour sur la Junte de Roncal 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.