Jean Lassalle

Député – Conseiller Général 64

« Le vieux chêne »

Le 10 février 2012

« Il faut bien observer le sens des branches tordues, entre le tronc et le sol, une mauvaise appréciation peut vous valoir un accident, tout comme une branche brusquement libérée vous décapiter ou vous ouvrir la poitrine. »

Les branches, Jean Lassalle fait tout pour éviter de les prendre en pleine figure. Il n’affectionne pas plus de s’y accrocher à la manière de certains funambules de la politique. Le député béarnais scrute, analyse, prend le temps de s’épancher avant de prendre une décision.

 

Retour sur les moments forts de la semaine du 6 février aux côtés de Jean Lassalle

 

C’est une journée pyrénéenne, dont le député aime la teneur, qui ouvre la semaine. Dans un peu plus de deux mois, le mandat présidentiel de Nicolas Sarkozy arrivera à terme. Le jeu démocratique, si tant est qu’il en soit un, invite les prétendants à la magistrature suprême à s’adresser au peuple, afin de lui exposer un programme qui se veut être un projet de société. Dans les médias, une chancelière s’invite à une candidature avouée à demi ton, pendant qu’une aspirante peine à rassembler le sésame des 500 parrainages. S’engouffrer dans la polémique n’est pas, aux yeux de Jean Lassalle, une attitude de responsable politique. La démocratie doit respecter les débats, ce sont sur les idées qu’il faut mettre le FN en touche !
Des ambitions personnelles s’entrechoquent dans un orchestre mondial régi par l’immédiateté. Ah, les élections ! Jamais les politiques ne s’adressent autant à leurs concitoyens. Certains diront avec pédagogie, sans doute en faut il, tout en se gardant d’infantiliser les électeurs et leurs enfants. Voter c’est choisir sans exclure, c’est donner un peu de sa propre voix à son représentant.

De la voix, Jean Lassalle n’en manque pas. Toujours prêt à entonner un hymne pour appuyer ses combats, il regarde l’arrivée des élections avec une certaine crainte pour l’avenir. Seront-elles encore pacifiques dans quelques scrutins ? L’interrogation l’habite et il ne s’en cache pas.

Pour transmettre nos valeurs, nos racines républicaines et les respecter, l’Assemblée Nationale permet à chaque député d’organiser des visites du Palais Bourbon pour des classes scolaires. Mardi, Jean Lassalle à travers ses attachés parlementaires et lui même, a permis à une classe du lycée Saint Dominique de Pau de découvrir les lieux du pouvoir législatif de notre République. Avec des mots simples et un peu d’humour, Jean Lassalle a expliqué à ses amis palois le rôle du député. Bel exercice de réflexion qui en apprend autant à l’élu qu’aux élèves visiblement très intrigués par cette visite et l’agitation qui succéda à la suspension de séance des questions au gouvernement.

Mercredi c’est auprès de journalistes que le député tente de dépeindre les aspects du vieux chêne démocratique. Le magasine vivre à Paris, est venu discuter du Pays Basque avec Jean Lassalle. Les trente minutes d’entretien sont passées bien vite pour les deux parties mais un exemplaire de son ouvrage, le retour du citoyen,sous le bras et voilà Jean Lassalle remontant le boulevard Saint Germain jusqu’à la librairie Chapitre, pour une séance de dédicace. Quel merveilleux endroit qu’un marchand de conte pour discuter d’une histoire, celle à partager entre l’élu et le citoyen. Car le livre, à l’image du vieux chêne, s’enracine durablement dans les esprits.

Dans les Pyrénées-Atlantiques le nouveau préfet, Lionel Beffre, rencontre jeudi pour la première fois le député de la 4° circonscription. Ensemble ils visitent l’usine Messier-Dowty à Bidos et son unité d’assemblage airbus. L’excellence industrielle ne s’arrête pas aux grandes métropoles européennes, elle s’organise et doit rester implantée sur le territoire, pour continuer à le faire vivre, à le façonner comme elle l’a toujours fait.
Vendredi c’est à sa permanence d’Oloron Sainte-Marie que Jean Lassalle reçoit ses amis administrés, non loin de ses chênes qu’il respecte tant.

Laisser un commentaire